Vous êtes ici :

Réalisations

Accords de coopération Wallonie-Bruxelles avec :
 

 

Coopération Wallonie-Bruxelles avec l'Algérie (2007-2009)

 

Introduction

Le 4 novembre 1966, la Belgique et l'Algérie ont signé un accord culturel en vertu duquel la Communauté française a développé une coopération fructueuse dans les domaines des sciences, de la culture, de l'enseignement, de la formation ainsi que de l'édition.

La Commission communautaire française a également entretenu depuis de longues années des partenariats dans les secteurs qui relèvent de ses compétences.

Ainsi, en 1996, la Fédération francophone belge pour le Planning familial et l'Education sexuelle avait mené une action de sensibilisation et d'information sur la situation des femmes en Algérie et a organisé un séjour en Belgique pour une délégation d'une dizaine de femmes algériennes travaillant dans des associations de planning familial. Un accueil similaire a été organisé en octobre 1998.

Par ailleurs, une centaine d'enfants algériens de 8 à 12 ans, provenant de la plaine de la Mitidja (connu sous le nom de « Triangle de la Mort ») et souffrant de séquelles physiques et psychiques, suite aux violences subies, ont été accueillis dans des familles belges à l'initiative d'Handicap International. Outre, permettre aux enfants de se retrouver dans une atmosphère de sécurité, ce projet avait aussi pour objectifs de manifester à la société civile algérienne un geste de soutien et de compréhension, et de favoriser une meilleure connaissance entre la société belge et algérienne afin d'aider à la création de liens transculturels entre les deux communautés.

Les autorités algériennes ont effectué en avril 2001 une mission préparatoire afin de dégager des priorités dans le cadre d'une coopération future. Les axes suivants ont été retenus : la santé, la solidarité nationale, l'action sociale et l'environnement.

Le Président Abdelaziz Bouteflika est venu en Belgique les 10 et 11 décembre 2002, visite au cours de laquelle il rencontra les Ministres-Présidents des Communautés et Régions.

L'Algérie, accordant une importance particulière à la dimension francophone, avait demandé le renforcement officiel des relations bilatérales, en particulier au niveau économique (partenariat, investissements). En outre, les autorités ont insisté sur la reprise d'une présence culturelle, fortement souhaitée par la société algérienne.

En avril 2003, le Ministre-Président de la Région wallonne et le Ministre de la Culture du Gouvernement de la Communauté française ont effectué une visite officielle à Alger, qui a été marquée par la signature d'un nouvel accord-cadre de coopération, et par l'annonce de l'ouverture prochaine d'une Délégation Wallonie-Bruxelles à Alger.

Cet accord de coopération a été signé le 14 avril 2003 à Alger entre d'une part, la République algérienne Démocratique et Populaire et, d'autre part, la Communauté française de Belgique, la Région wallonne et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale,

La première session de la Commission mixte permanente a tenu ses travaux à Bruxelles les 9, 10 et 11 décembre 2003 et a arrêté un programme de travail pour les années 2004-2005-2006.

Programme de travail 2007-2009

remise du programme de travail 2007-2009Un nouveau programme de travail a été négocié les 19 et 20 mars 2007 avec les autorités algériennes.

Il se concentre sur deux axes prioritaires qui permettent de développer des partenariats concrets et durables entre opérateurs bien identifiés d'Algérie et de Wallonie-Bruxelles. Il s'agit des secteurs de la formation (y compris l'éducation et la formation professionnelle) et de l'enseignement supérieur ainsi que de l'environnement dans ses différents aspects dont la recherche.

Le secteur prioritaire de la Commission communautaire française pour les années 2007-2009 est celui de la formation professionnelle.

La priorité a été donnée aux projets agissant en qualité de vecteur de changement de la société algérienne et disposant d'un potentiel de valorisation ayant des répercussions directes sur les populations locales.
Les thèmes mobilisateurs identifiés correspondent à des axes forts de Wallonie-Bruxelles (Compétences spécifiques, valeurs prônées, intérêt économique, social, culturel, pluralisme et démocratie ...) et à des secteurs prioritaires de développement pour l'Algérie en rapport avec les choix et les finalités politiques actuelles (réforme de l'enseignement et des formations, défense de l'environnement, progrès social, droit de la femme...).

Par ailleurs, la possibilité d'articuler les interventions entre elles a été étudiée afin non seulement de renforcer l'aspect cohérence par rapport au projet d'ensemble, mais également de tirer le meilleur parti des ressources disponibles.

Une cohérence systématique avec l'opérateur de coopération technique, l'APEFE, a été recherchée.

Les moyens disponibles ont été affectés à un nombre limité de projets afin de leur donner une taille et une importance suffisante assurant une mise en œuvre efficace.

 

Les projets en cours de réalisation financés par la Commission communautaire française

Soutien aux filières de formation professionnelle dans les domaines de l'agroalimentaire et du BTP avec une attention particulière aux personnes qui n'ont pas de prérequis

Commission communautaire Française
Service des Relations internationales

Mme Mylène LAURANT,

Attachée principale

 

Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Délégation Wallonie-Bruxelles à Alger
Monsieur Charles HOUARD, Délégué
24, Chemin El Bakri (Ex.Mackley)

Ben Aknoun
ALGER 16306

Téléphone:+213 21 79 68 39
Télécopie:+213 21 79 68 37
Courriel: walbru.alger@gmail.com

 

Coopération Wallonie-Bruxelles avec la Bulgarie 

 

Introduction

A l'origine, les relations entre la Communauté française de Belgique et la Bulgarie ont été régies par l'Accord de coopération culturelle entre le Royaume de Belgique et la République populaire de Bulgarie, signé à Bruxelles le 17 mai 1967. 
Or, la révision constitutionnelle de 1993 a consacré officiellement le droit des Communautés et des Régions de signer des traités internationaux dans les matières de leurs compétences exclusives. 
C'est dans cette perspective, que la Communauté française de Belgique et de la Région wallonne ont décidé de conclure avec leurs partenaires d'Europe centrale et orientale des accords de coopération. 
Le 8 octobre 1998, par l'entremise de son Ministre de des Affaires étrangères, Madame Nadejda MIHAYLOVA, la Bulgarie a été le quatrième Etat d'Europe centrale et orientale à signer ce type d'accord. 
La première session de la Commission mixte permanente « Région wallonne-Communauté française de Belgique - Bulgarie » s'est tenue à Sofia le 19 février 2001.

La Commission communautaire française avait présenté  à la table de négociations un projet dans le domaine de la santé communautaire (santé familiale, soins de santé primaires, réadaptation physique et mentale). Cette coopération était le résultat d'un partenariat entre l'Ecole d'infirmières de l'ULB et l'Université de Pleven. 
Par ailleurs, la Commission communautaire française a soutenu l'organisation d'un stage multilatéral pour des cadres et diplomates des pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne intitulé " Union européenne et francophonie " qui s'est déroulé à Bruxelles, du 21 au 28 mai 2000.

Enfin, l'Ambassade de Bulgarie a souhaité associer la Commission communautaire française aux manifestations organisées dans le cadre d'Europalia Bulgarie. Dans ce cadre, un concert du pianiste Gheorgi Tcherkin a été organisé au Ceria le 7 décembre 2002.

Constatant les effets extrêmement positifs de la coopération menée par la Communauté française et la Région wallonne, il a été proposé à la République de Bulgarie de signer avec la Commission communautaire française un accord complémentaire à l'accord du 8 octobre 1998. Ceci permet alors à la Bulgarie de mener une coopération bilatérale qui couvre toutes les matières et tous les territoires pour lesquels les entités belges francophones exercent des compétences exclusives.

En effet, la Bulgarie est une passerelle importante entre l'Occident et l'Orient. Cette position géographique stratégique ainsi que des projets d'infrastructure actuellement menés pour les transports, les télécommunications et l'énergie rendent le pays attrayant pour les investisseurs. 
Rappelons enfin que la Bulgarie est membre de l'Organisation internationale de la Francophonie et en défend les valeurs partagées par les autres pays membres. 
Cet accord complémentaire a été signé le 7 décembre 2002 en présence de Madame Lydia SCHOULEVA, Vice-Première Ministre et Ministre du Travail et de la Politique sociale. 
Par ailleurs, la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française ont apporté toute l'aide nécessaire à la Bulgarie pour accéder le plus rapidement à l'Union européenne.

Le Traité d'adhésion de la Bulgarie à l'Union européenne a été adopté par le Parlement francophone bruxellois le 20 octobre 2006. 

 

La coopération actuelle

La dernière programmation de coopération entre la République de Bulgarie, la Région wallonne, la Communauté française et la Commission communautaire française a porté sur la période 2013-2015.

La prochaine Commission mixte chargée d'élaborer des programmes concrets de coopération entre nos institutions et la Bulgarie a été postposée à une date qui n’a pas encore été déterminée.

Sans attendre la tenue de la Commission mixte, la Commission communautaire française a poursuivi la coopération avec des partenaires bulgares et a accueilli dernièrement deux délégations de Mairies :

-     La Mairie de Sofia pour un projet à développer dans le domaine de l’intégration professionnelle des personnes handicapées ;

-     La Mairie de Roussé pour une collaboration à mettre en place dans les domaines des entreprises de travail adapté, des centres actifs en matière de toxicomanies et des centres de planning familial.

N'hésitez pas dès maintenant à nous contacter pour obtenir des informations complémentaires.

 

Contacts:

Commission communautaire française 
Sébastien NOËL 
Attaché principal 
02/800.85.00 
snoel@spfb.brussels 

Délégation Wallonie-Bruxelles à Bucarest 
Monsieur Éric POPPE 
Délégué 
26-28, Stirbei Voda district 1 
Bucarest Roumanie 
Téléphone : 0040/21/314.06.85 
Fax : 0040/21/314.06.47 
courriel : walbru.bucarest@rdsmail.ro

 

Coopération Wallonie-Bruxelles avec la Hongrie (2007-2009)

 

Introduction

Le 25 mars 1997, le Gouvernement de la Communauté française de Belgique et le Gouvernement de la Région wallonne ont signé un accord de coopération avec la République de Hongrie.

La Commission communautaire française n'a pas été associée à la signature de cet Accord, mais a participé au titre de membre de la Délégation de la Communauté française aux travaux de la dernière session de la Commission mixte permanente instituée par ledit Accord.

Constatant les effets extrêmement positifs de la coopération menée par la Communauté française et la Région wallonne, il a été proposé à la Hongrie de signer avec la Commission communautaire française un accord complémentaire à l'accord tripartite. Ceci permet alors à la Hongrie de mener une coopération bilatérale qui couvre toutes les matières et tous les territoires pour lesquels les entités belges francophones exercent des compétences exclusives.

La négociation est en cours pour la signature de cet accord de coopération.

 

Les axes prioritaires 2007-2009

La Hongrie, la Communauté française et la Région wallonne ont convenu de concentrer leurs actions de coopération autour de deux grands axes s'inscrivant dans les priorités de leurs gouvernements respectifs, à savoir:

- la recherche et l'innovation pour les compétences de la Région wallonne;

- la recherche et l'enseignement supérieur pour les compétences de la Communauté française.

De manière transversale, les partenaires privilégieront les projets répondant aux thèmes de la diversité culturelle et du plurilinguisme.

Les projets en cours de réalisation

Le dernier programme de travail s'est clôturé en 2009.

 

Contacts

Commission communautaire française
Sébastien NOËL
02/800.85.00

 

Coopération Wallonie-Bruxelles avec la Pologne (2017-2019)

Introduction

Le 10 octobre 1996, un accord de coopération est signé entre la Communauté française de Belgique, la Région wallonne et la Pologne.
Cet accord couvre l'ensemble des compétences des différentes entités.

Dans le cadre de cet accord de coopération, les partenaires développent une coopération riche et diversifiée, avec une approche globale et transversale.
Ils établissent conjointement tous les deux ans un programme de coopération où l'ensemble des projets sont discutés entre partenaires, en fonction des intérêts de chacun.

Pour la partie francophone belge, la coordination de l'Accord est confiée au Commissariat général aux Relations internationales et à la Direction des Relations internationales de la Région wallonne.
Pour la partie polonaise, c'est le Ministère de l'Intérieur qui est chargé de l'exécution de l'accord.

Le 22 avril 2004, le Collège de la Commission communautaire française approuve la conclusion d'un accord entre la Commission communautaire française et le Gouvernement de la Pologne, complémentaire à celui signé par les deux autres entités francophones.
L'accord de coopération entre le Gouvernement de la République de Pologne et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale est signé à Bruxelles le 29 novembre 2004.

La coopération 2017-2019

La 7e session de la Commission mixte permanente avec la République de Pologne s'est tenue à Varsovie le 14 décembre 2016 et a approuvé le programme de travail pour les années 2017-2019.

Les axes prioritaires d'intervention de Wallonie-Bruxelles par rapport à la coopération avec la Pologne sont:
• L'éducation
• La culture
• L'entreprenariat, la politique d'innovation et le développement territorial
• Le tourisme
• Les affaires sociales

Les projets en cours de réalisation et financés par la Commission communautaire française :
• Collaboration avec l'Office de la Voïvodie de Lodz en vue de développer des échanges d’expériences sur l’intégration sociale des personnes handicapées mentales et des personnes souffrant de troubles psychiques
• Collaboration avec l'Office de la Voïvodie de la Grande Pologne pour un échange d’expériences sur l’intégration professionnelle des personnes souffrant de troubles mentaux
• Collaboration avec l'Office de la Voïvodie de Warmia-Mazurie pour un échange d’expériences concernant la lutte contre la violence familiale et la protection des victimes de la violence familiale

Contacts

Commission communautaire française
Sébastien NOËL
Attaché principal 02/800.85.00
snoel@spfb.brussels

Délégation Wallonie-Bruxelles à Varsovie
Monsieur Franck PEZZA
Délégué UL.
Skorupki, 5 00-546 Varsovie – Pologne
Téléphone : 0048/22/ 583.70.01
Fax : 0048/22/ 583.70.03
courriel : walbru@varsovie.pl

Coopération Wallonie-Bruxelles avec la Roumanie

Introduction

Un accord-cadre a été signé le 21 mai 1998 entre, d'une part, le Gouvernement de la République de Roumanie et, d'autre part, le Gouvernement de la Communauté française de Belgique et le Gouvernement de la Région wallonne.

Par la signature de cet Accord, les trois Gouvernements voulaient exprimer leur volonté de développer entre eux des partenariats porteurs de retombées concrètes et de diversifier les domaines de coopération en tenant compte des besoins et des possibilités des partenaires.

S'agissant de la Roumanie et compte tenu de l'intérêt qu'il représente comme nouveau partenaire, la Commission communautaire française a souhaité être associée à la signature d'un accord-cadre de coopération avec ce pays.

La Roumanie est membre de la Francophonie depuis 1993 et, à ce titre, partage avec les autres pays francophones le souci de promouvoir le plurilinguisme et la diversité culturelle.

La signature de cet accord complémentaire avec la Roumanie s'inscrivait dans une volonté de dialogue, mais aussi de soutien dans les efforts déployés par ce pays pour se conformer aux exigences communautaires. L'extension du programme de coopération à la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale permettait de développer des actions de partenariat dans un cadre non seulement plus actuel sur le plan juridique, mais aussi renforcé par les compétences de la Commission communautaire française.

Le 13 novembre 2003, le Collège de la Commission communautaire française approuve la conclusion d'un accord entre la Commission communautaire française et le Gouvernement de la Roumanie, complémentaire à celui signé par les deux autres entités francophones.

L'accord de coopération entre le Gouvernement de la République de Roumanie et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale est signé à Bruxelles le 25 mai 2005.

Par ailleurs, la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française ont apporté toute l'aide nécessaire à la Roumanie pour accéder le plus rapidement à l'Union européenne.

Le Traité d'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne a été adopté par le Parlement francophone bruxellois le 20 octobre 2006.

La coopération actuelle

La dernière programmation de coopération entre la République de Roumanie, la Région wallonne, la Communauté française et la Commission communautaire française a porté sur la période 2012-2014.

La prochaine Commission mixte chargée d'élaborer des programmes concrets de coopération entre nos institutions et la Roumanie a été postposée à une date qui n’a pas encore été déterminée.

Sans attendre la tenue de la Commission mixte, la Commission communautaire française a poursuivi la coopération avec des partenaires roumains. C’est ainsi qu’en 2016 trois projets ont connu de nouvelles actions concrètes :

1.     L’Administration de la Commission communautaire française et la Fédération des Services Sociaux ont accueilli une délégation de la Mairie de Bucarest et de l’ONG Parada dans le secteur de l’aide alimentaire. Les partenaires de la coopération projettent de créer à Bucarest dès 2017 une banque alimentaire ainsi que des restaurants sociaux ;

2.     La Fondation Internationale pour l’Enfant et la Famille de Bucarest collabore depuis 2015 avec les associations Le Pont des Arts, Les Messagers du Cœur et Lapsus Lazuli pour des interventions artistiques au bénéfice des enfants hospitalisés. En 2016, deux délégations de Lapsus Lazuli et des Messagers du Cœur se sont rendues à Bucarest ;

3.     Traces de Rue, la Fédération francophone des travailleurs sociaux de rue de divers secteurs de Wallonie et de Bruxelles et son partenaire roumain Parada ont poursuivi le renforcement de compétences professionnelles par des échanges de pratiques entre travailleurs de rue belges et roumains.

N'hésitez pas dès maintenant à nous contacter pour obtenir des informations complémentaires. 

 

Contacts:

Commission communautaire française 
Sébastien NOËL 
Attaché principal 
02/800.85.00 
snoel@spfb.brussels 

Délégation Wallonie-Bruxelles à Bucarest 
Monsieur Éric POPPE 
Délégué 
26-28, Stirbei Voda district 1 
Bucarest Roumanie 
Téléphone : 0040/21/314.06.85 
Fax : 0040/21/314.06.47 
courriel : walbru.bucarest@rdsmail.ro

Coopération Wallonie-Bruxelles avec la Tunisie (2016-2018)

Introduction

Dans le cadre de l'Accord culturel belgo-tunisien signé le 21 décembre 1962, la Tunisie et la Communauté française ont développé une importante collaboration à laquelle la Région wallonne s'est progressivement associée. Cette coopération visait à valoriser les ressources humaines, dans un esprit de partenariat, d'enrichissement réciproque, de meilleure connaissance et de compréhension entre les peuples.

Le 30 septembre 1998, le Gouvernement de la Communauté française de Belgique et le Gouvernement de la Région wallonne ont signé un nouvel accord de coopération avec la République de Tunisie.

La Commission communautaire française n'a pas été associée à la signature de cet Accord, mais a participé au titre de membre de la Délégation de la Communauté française aux travaux des sessions de la Commission mixte permanente instituée par ledit Accord ainsi qu'aux sessions de la sous-commission chargée de la coopération en matière de santé.

Constatant les effets extrêmement positifs de la coopération menée par la Communauté française et la Région wallonne, il a été proposé à la Tunisie de signer avec la Commission communautaire française un accord complémentaire à l'accord. Ceci permet alors à la Tunisie de mener une coopération bilatérale qui couvre toutes les matières et tous les territoires pour lesquels les entités belges francophones exercent des compétences exclusives.

Cet accord de coopération devrait être signé fin 2016 ou début 2017. 

 

La coopération 2016-2018

La Commission communautaire française soutient deux projets :

1.     Apprentissage du français technologique et économique

Le projet est mené à Bruxelles par Bruxelles-Formation et à Tunis par le Centre National de Formation de formateurs et d’Ingénierie de Formation (CENAFFIF). Il s’agit, pour le partenaire tunisien, de consolider la maîtrise de la langue française des apprenants tunisiens, d’une part et pour le partenaire bruxellois confronté également au déficit de connaissance de la langue française d’une partie importante de son public à améliorer des outils didactiques, d’autre part. Le projet vise à se centrer sur l’amélioration de la prestation de cours des formateurs en FLE, c’est-à-dire, le perfectionnement du français, et de diverses stratégies d’apprentissage, avec un focus particulier sur les jeunes, confrontés tant en Tunisie qu’à Bruxelles, à des difficultés importantes de qualification et d’insertion.

Les objectifs généraux sont de :

- créer un noyau de formateurs ressources en Tunisie favorisant la promotion, la mutualisation, la qualité du FLE et du FLS ;

- développer les compétences des formateurs pour garantir un niveau de professionnalisme et d’expertise élevée au sein des organismes et institutions de formation professionnelle dans les deux pays ;

- mener une réflexion sur les aspects interculturels de l’apprentissage linguistique, parfois à la base de difficultés relevées au long de l’apprentissage.

 

2.     Echanges autour des problématiques alcool, drogues et addictions

Les acteurs de cette coopération sont pour Bruxelles la Fédération Bruxelloise Francophone des Institutions pour Toxicomanes (Fedito) et pour Tunis le Centre d’Assistance Médicale Urgente et le Service des consultations externes et des urgences de psychiatrie de l’hôpital « Razi ». Le projet vise au renforcement des compétences des praticiens bruxellois et tunisiens, par l’échange entre les expériences bruxelloises et tunisiennes, autour des problématiques d’addictions. Le projet soutient, aussi bien à Bruxelles qu’en Tunisie, le développement d’une offre d’aide et de soins gagnant en qualité et en pertinence, dans sa réponse aux besoins. Plus spécifiquement, le projet s’intéresse au développement d’une Politique Drogues et d’un réseau intégré d’aide et de soins comme élaboré à Bruxelles, et au développement du travail avec le proches, les communautés et la société en général comme élaboré en Tunisie. 

 

Contacts

Commission communautaire française 
Sébastien NOËL 
Attaché principal 
02/800.85.00 
snoel@spfb.brussels 

Délégation Wallonie-Bruxelles à Tunis 
Monsieur Christian SAELENS Délégué 
Immeuble Karray, Bloc A - Mezzanine 
Rue du Lac d’Annecy (angle Passage du Lac du Bourget) 
1053 
Tunis – Tunisie 
Téléphone: 00216/ 71.659.060 
Fax: 00216/ 71.659.063 
courriel : walbru.tunis@gnet.tn

 

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Bénin (2005-2007)

Introduction

Le 7 février 1984, le Gouvernement de la Communauté française signe un accord de coopération avec le Bénin dans les matières relevant de ses compétences. Pendant presque 15 ans, une coopération s'est développée qui visait avant tout à valoriser les ressources humaines dans un esprit de partenariat.

La Commission communautaire française participe, du 20 au 22 octobre 1998, au titre de membre de la Délégation de la Communauté française, aux travaux de la cinquième session de la Commission mixte permanente instituée par ledit Accord.

La Partie béninoise souhaite que, sur la base de l'accord de coopération du 7 février 1984, le cadre juridique des relations bilatérales soit élargi dans les meilleurs délais, tant à la Région wallonne qu'à la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale.

Un programme de travail bilatéral est approuvé pour les années 1999-2001 et valorise les compétences des trois entités fédérées.

Du 25 au 29 janvier 1999, le Président de la République du Bénin Mathieu KEREKOU effectue une visite officielle en Belgique. Ce séjour se conclut par la signature le 28 janvier 1999 d'un nouvel accord associant les entités fédérées francophones (Communauté française, Région wallonne, Commission communautaire française et Bénin).

 

Les axes prioritaires (2005-2007)

Wallonie-Bruxelles est un partenaire crédible de coopération pour les Béninois qui apprécient à la fois le véritable partenariat qui s'est installé dans la définition et la mise en œuvre des projets et le souci constant de maximiser le rapport coût/efficacité en termes d'amélioration des conditions de vie de la population.

L'adéquation des projets avec des politiques nationales prioritaires renforce l'effet multiplicateur de ceux-ci et leur assure de meilleures garanties de pérennité.

Le recentrage du programme sur un nombre limité de secteurs et la concentration des moyens disponibles sur quelques projets prioritaires a accru l'efficacité et la visibilité de la coopération.

Le secteur de la formation professionnelle est prioritaire pour le Gouvernement béninois et est indispensable au développement du pays.

Le programme de travail se concentre sur cet axe, à savoir «La formation professionnelle (structuration du secteur et organisation de formations initiales ou complémentaires pour certains métiers et/ou compétences)», qui permettra de développer des partenariats concrets et durables entre opérateurs locaux et ceux la région de Bruxelles-Capitale bien identifiés.

Les projets ont été sélectionnés sur base de l'analyse des besoins et des partenariats.

Toutes les synergies sont recherchées avec la Communauté française, la Région wallonne et les organisations internationales afin de venir en appui aux politiques initiées par les autorités béninoises. De même, des collaborations sont encouragées chaque fois qu'elles sont possibles avec l'APEFE.

Les projets en cours de réalisation financés par la Commission communautaire française

 

Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Bureau APEFE Wallonie-Bruxelles
Monsieur Calixte SOMAHA
01 BP 3589 RP
COTONOU – BENIN
Téléphone: 00 229 30 73 35
Télécopie: 00 229 30 42 71
Courriel:apefe@bow.intnet.bj

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Congo

Les Ministres-Présidents de la Communauté française de Belgique et de la Région wallonne ont effectué en octobre 2001 une visite à Kinshasa qui s'inscrivait clairement dans le cadre d'un renforcement et d'un approfondissement de l'action de la Communauté et de la Région en République Démocratique du Congo.

Cette volonté a été affirmée par la signature le 8 octobre 2001 à Kinshasa d'une déclaration d'intention prévoyant l'intensification de la coopération actuelle et la négociation d'un accord cadre de coopération.

De même, et suite aux deux tables-rondes Congo organisées respectivement en 1999 et 2001, l'ensemble des acteurs tant régionaux que communautaires ont marqué un intérêt pour que l'action des gouvernements de la Communauté française et de la Région avec la République démocratique du Congo soit poursuivie et renforcée.

S'agissant de la République Démocratique du Congo et compte tenu de l'intérêt qu'il représente comme nouveau partenaire, la Commission communautaire française a souhaité être associée à la signature d'un accord-cadre de coopération avec ce pays.

L'extension du futur programme de coopération à la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale était donc la suite logique de la conclusion d'un accord-cadre proposé, associant les différents partenaires de la Wallonie et de Bruxelles, d'une part, et la République démocratique du Congo, d'autre part, dans un souci de cohérence de l'effort de solidarité de l'ensemble des francophones de Belgique à l'égard de ce pays en développement.

Par ailleurs, la conclusion de ce nouvel accord confirmait la volonté de la Communauté Wallonie-Bruxelles de développer une relation privilégiée avec la République démocratique du Congo (liens historiques, flux intégré de relations interpersonnelles, économiques, usage en commun de la langue française,....) et inscrivait cette coopération dans un cadre non seulement plus actuel sur le plan juridique, mais aussi renforcé par les compétences de la Commission communautaire française.

Cet accord-cadre a été signé à Bruxelles le 9 décembre 2002.

Prochain programme de travail pour les années 2008-2010

Sur base de l'évaluation de la programmation précédente, de l'expertise antérieurement développée, des secteurs repris dans le plan pluriannuel de l'APEFE et des politiques définies par le Gouvernement congolais, les secteurs suivants sont considérés comme prioritaires:

  • l'éducation et la formation professionnelle et technique et, en particulier, le renforcement du secteur documentaire dans les institutions d'enseignement supérieur, la professionnalisation des métiers de la santé et la formation initiale,
  • le développement économique et, en particulier, le développement rural et le secteur agro-alimentaire, les énergies renouvelables et l'environnement,
  • la gouvernance et la société civile (avec une priorité à la professionnalisation et à la régulation des médias),
  • la culture. Dans l'esprit du suivi de la manifestation YAMBI, priorité sera donnée au soutien à la professionnalisation et à la circulation des artistes, aux échanges et partenariats qui sont nés et au renforcement du tissu culturel sur l'ensemble du pays.

 

 Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Délégation Wallonie-Bruxelles à Kinshasa
Monsieur Fredy JACQUET, Délégué
206, avenue de la Nation
Kinshasa-Gombe
Congo
Téléphone: 00 243 98 01 08 00
Télécopie: 00243 98 25 28 68
Courriel: f.jacquet@walbru.cd

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Liban (2005-2006)

Introduction

Depuis 1997, les Gouvernements de la Communauté française de Belgique et de la Région wallonne considèrent le Liban comme partenaire prioritaire, d'une part au titre des pays appartenant à la Francophonie et d'autre part au titre de la coopération bilatérale qu'entend mener Wallonie-Bruxelles avec les pays du pourtour méditerranéen.

La Partie libanaise de son côté a souhaité que soit mise en place une coopération globale avec l'ensemble des entités fédérées francophones, à savoir la Communauté française de Belgique, la Région wallonne et la Commission communautaire française.

La signature en avril 1998 d'une déclaration d'intention entre le Ministre des Relations internationales de la Communauté française de Belgique et de la Région wallonne et le Ministre libanais des Affaires étrangères constitue une première étape.

En septembre 1998, en partenariat avec le Ministre de la Santé du Liban, la Commission communautaire française a co-organisé un colloque à Tripoli sur le thème : « Santé mentale au Liban : concepts et développement ». En mai 1999, l'Administration de la Commission communautaire française a assuré, en collaboration avec les associations belgo-libanaises FISTA et RAYA, l'évaluation de celui-ci. Plusieurs participants du colloque se sont regroupés pour créer la première ligue libanaise pour la santé mentale. Celle-ci a été inaugurée en mai 2000.

En outre, un partenariat s'est développé entre le Centre libanais pour l'Education spécialisée (CLES) et le Centre d'Interprétation des Troubles d'Apprentissage (CITTA) situé à Beyrouth. Le CITTA est un centre de diagnostic et de traitement des troubles d'apprentissage spécifiques, survenant chez les enfants d'intelligence normale. C'est le premier centre implanté au Liban par le CLES. Il a pour vocation de s'occuper d'enfants dits dyslexiques et/ou dyscalculiques.

S'agissant de la République libanaise et compte tenu de l'intérêt qu'elle représente comme nouveau partenaire, la Commission communautaire française a souhaité être associée à la signature d'un accord-cadre de coopération avec ce pays.

La conclusion de ce nouvel accord confirmait la volonté de la Communauté Wallonie-Bruxelles de développer une relation privilégiée avec le Liban (proximité géographique, flux intégré de relations interpersonnelles, économiques, touristiques, développement du partenariat euro-méditerranéen, usage en commun de la langue française,....) et inscrivait cette coopération dans un cadre non seulement plus actuel sur le plan juridique, mais aussi renforcé par les compétences de la Commission communautaire française.

L'Accord-cadre de Coopération fut signé le 26 septembre 2000 à Bruxelles.

 

Les axes prioritaires

Les principes de base dans le cadre de l'action internationale de la Communauté Wallonie-Bruxelles au Liban sont les suivants :

  • Concentration sectorielle autour d'un thème principal par entité fédérée avec la possibilité d'un thème secondaire et ce, en vue d'éviter les saupoudrage et d'accroître l'efficacité des initiatives
  • Soutien aux partenariats dans les domaines prioritaires identifiés et ce, tant pour ce qui concerne les universités, le secteur audiovisuel, le secteur public en ce compris les pouvoirs locaux de manière telle que les projets menés puissent avoir les meilleures chances de durabilité et d'effets multiplicateurs

Cette double préoccupation se décline de manière prioritaire dans différents domaines qui, soit ont fait l'objet d'initiatives intéressantes par le passé, soit ont été identifiés comme tels par les deux Parties, à savoir

  • La décentralisation administrative avec pour objectif prioritaire de favoriser les échanges entre Municipalités wallonnes et libanaises en vue du renforcement institutionnel de ces dernières
  • L'Environnement avec un accent mis sur les actions de renforcement des capacités des acteurs en charge de la problématique de protection de l'environnement et plus particulièrement en ce qui concerne la gestion de la qualité de l'eau et la gestion des déchets ( tri, traitement et recyclage)
  • La Santé mentale axée notamment sur les échanges d'expérience et la formation des éducateurs spécialisés et travailleurs sociaux en charge de l'encadrement des enfants présentant des difficultés spécifiques d'apprentissage et de comportement
  • La Culture avec la poursuite des échanges culturels menés jusqu'à ce jour dans les domaines de la littérature, du cinéma, de la musique ou encore de la bande dessinée. La coopération culturelle sera également axée sur l'encouragement à la lecture et la traduction et ce, en étroite synergie avec les actions menées dans ce domaine par la Francophonie
  • L'Enseignement supérieur vu de manière transversale dans les différents secteurs précités

 

Le secteur prioritaire de la Commission communautaire française pour les années 2005-2006 est : l'éducation et la formation professionnelle, plus particulièrement dans les secteurs de la santé et des affaires sociales.

Les projets en cours de réalisation financés par la Commission communautaire française

Définition et traitements de troubles spécifiques d'apprentissage

 

Contact

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Maroc (2006-2008)

Introduction

Un Accord-cadre tripartite a été signé entre, d'une part, le Royaume du Maroc et, d'autre part, le Gouvernement de la Communauté française de Belgique et le Gouvernement de la Région wallonne le 26 octobre 1999.

La Commission communautaire française a été invitée à participer en 2000 à la 1ère session de la Commission mixte permanente Wallonie-Bruxelles/Maroc.

Dans le cadre de cet Accord tripartite, l'objectif de la coopération annoncé par la Communauté française, la Région wallonne et le Maroc était la valorisation des ressources humaines dans un esprit de partenariat, d'enrichissement réciproque, de meilleure connaissance et de compréhension entre les peuples.

S'agissant du Maroc et compte tenu de l'intérêt que ce pays représente comme nouveau partenaire pour la Région de Bruxelles-Capitale, le Collège de la Commission communautaire française a souhaité le 5 juillet 2001 l'élargissement de l'Accord-cadre tripartite à la Commission communautaire française.

La coopération avec le Maroc est particulièrement importante pour la Région de Bruxelles-Capitale qui connaît l'existence, sur son territoire, de plus de 30% d'habitants non-belges, principalement originaires de ce pays.

Dans ce contexte, l'extension de l'accord avec le Maroc à la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale s'inscrivait dans une volonté de développer des projets basés sur le dialogue interculturel, le renforcement de la société civile et du tissu associatif.

Il répondait aussi au souci de cohérence dans l'effort de solidarité de l'ensemble des francophones de Belgique à l'égard de ce pays en mutation.

L'accord de coopération entre, d'une part, le Royaume du Maroc et, d'autre part, la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale, a été signé à Rabat le 16 juillet 2002.

 

Les axes prioritaires (2006-2008)

L'importance des enjeux du développement au Maroc est telle que la Communauté Wallonie-Bruxelles, la Région wallonne et la Commission Communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale veulent développer des actions concrètes, efficaces et visibles mettant en œuvre les compétences de Wallonie-Bruxelles.

Le programme se concentre sur trois axes prioritaires qui permettront de développer des partenariats concrets et durables entre opérateurs du Maroc et ceux de Wallonie-Bruxelles bien identifiés.

 

 Un maximum de synergie est recherché avec les autres partenaires de développement (Union européenne et Francophonie en particulier). La cohérence systématique avec l'opérateur de coopération technique, l'APEFE, est renforcée.

Les moyens disponibles sont affectés à un nombre de projets limités afin de leur donner une taille et une importance suffisante assurant un suivi efficace.

La priorité est donnée aux projets agissant en qualité de vecteur de changement de la société marocaine et disposant d'un potentiel de valorisation ayant des répercussions directes sur les populations locales.

Les thèmes mobilisateurs identifiés correspondent à des axes forts de Wallonie-Bruxelles (compétences spécifiques, valeurs prônées, intérêt économique, social, culturel, pluralisme et démocratie,...) et à des secteurs prioritaires de développement pour le Maroc en rapport avec les choix et les finalités politiques actuelles (réforme de l'enseignement, défense de l'environnement, progrès social, réinsertion des détenus, droit de la femme, ...).

 

Trois secteurs prioritaires sont retenus, à savoir :

  • L'Education
  • La Formation professionnelle
  • L'Environnement, dans ses aspects « recherche »

Le secteur prioritaire de la Commission communautaire française pour les années 2006-2008 est celui de la formation professionnelle.

Cette priorité sectorielle se décline de la manière suivante :

  • Appui aux filières d'enseignement et de formation professionnelle dans les domaines du tourisme, de l'hôtellerie et de la construction
  • Appui aux structures d'alphabétisation
  • Appui aux projets d'opérateurs bruxellois intervenant dans les domaines de la santé, des plannings familiaux et de la cohésion sociale

 

Les projets en cours de réalisation financés par la Commission communautaire française

Promotion des droits et prestations en santé reproductive et planning familial
Fédération laïque des centres de Planning familial

Mme Pascale MAQUESTIAU, Chargée des relations internationales
Création d'un espace socioculturel favorisant la cohésion sociale et la mise en valeur de la cité
Maison des cultures et de la cohésion socialeService de la commune de Molenbeek St Jean
Mr Dirk DEBLIECK, Coordinateur
Formation en gestion touristique et hôtelière en diététique - nutrition appliquée - sécurité alimentaire
Institut Arthur Haulot

Mr. Jean-Pierre PEQUEUX, Directeur de catégorie
Création d'une filière de formation des guides touristiques
Institut Lambion
Institut Arthur Haulot

Mr Daniel TUTS, Directeur
Mr. Jean-Pierre PEQUEUX, Directeur de catégorie

 

Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Délégation Wallonie-Bruxelles à Rabat
A l'attention de Monsieur Benoît RUTTEN,Délégué
4, rue Jaâfar Assadik
Agdal-Rabat
Téléphone: 00 212 (0) 37 67 40 87
Télécopie: 00 212 (0) 37 67 40 94
courriel

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Québec (2005-2007)

Introduction

Depuis le 22 mars 1999, un accord de coopération et une déclaration commune lient le Québec à la Région wallonne, la Communauté française et la Commission communautaire française. Cet accord, dont le champ couvre l'ensemble de compétences des entités fédérées citées, remplace les accords de coopération conclus en 1980 entre le Québec et la Région wallonne et en 1982 entre le Québec et la Communauté française de Belgique.

Dans le cadre de cet accord de coopération, les partenaires développent une coopération riche et diversifiée, avec une approche globale et transversale. Ils établissent conjointement tous les deux ans un programme de coopération où l'ensemble des projets sont discutés entre partenaires, en fonction des intérêts de chacun. La prochaine commission mixte permanente Wallonie-Bruxelles/Québec aura lieu à Bruxelles en juin 2007.

Objectifs

Les objectifs généraux et spécifiques de Wallonie-Bruxelles par rapport à la coopération avec le Québec sont :

  • de faire connaître l'entité Wallonie-Bruxelles dans ses diverses dimensions, en la valorisant comme espace de dynamisme culturel, scientifique et économique      
  • de défendre les intérêts de l'entité Wallonie-Bruxelles et d'en valoriser ses compétences :
    • en consolidant la diversité culturelle dans le monde (soutien aux secteurs économiques produisant des biens et services culturels, soutien à la langue française)
    • en favorisant les échanges de jeunes
    • en assurant la promotion de la coopération technologique
    • en développant la promotion de l'emploi et de la formation tout au long de la vie
  • de soutenir les projets des acteurs de Wallonie-Bruxelles dans la mesure où ils concourent au développement de Wallonie-Bruxelles et spécialement à celui de l'emploi
  • Plus spécifiquement, les objectifs et grands principes de la coopération bilatérale avec le Québec, définis conjointement avec ce dernier, sont les suivants :
    • assurer la pérennité, la complémentarité et la visibilité des actions
    • favoriser le développement de chaque société
    • promouvoir la connaissance mutuelle des Communautés
    • renforcer la mobilité entre les populations
    • par la concertation, la participation et l'harmonisation de la programmation des opérateurs de la coopération et par le choix de projets de qualité comptant un fort potentiel de débouchés et de sérieuses possibilités de développement et de retombées
    • en accordant la priorité aux projets développés conjointement dans des champs d'intérêts croisés
  • favoriser le développement de chaque société
  • promouvoir la connaissance mutuelle des Communautés
  • renforcer la mobilité entre les populations.

De manière concrète, l'analyse et l'évaluation des projets ont porté particulièrement sur la pertinence du partenariat proposé ainsi que sur leur haut potentiel de débouchés, de développement et de retombées, tant au niveau des partenaires que sur le plan de la coopération bilatérale voire multilatérale.

 

Axes prioritaires de la coopération 2007-2009

Conformément au souhait des partenaires de structurer la coopération autour d'axes prioritaires, les thèmes proposés sont :

  • La culture et la gestion culturelle (pour la Communauté française)
  • L'innovation et le développement de l'emploi (pour la Région wallonne et la Commission communautaire française)

Culture et gestion culturelle :

La richesse culturelle de Wallonie-Bruxelles est très importante dans bon nombre de disciplines contemporaines (danse, cinéma et audiovisuel, arts de la scène, arts plastiques, livre, ...). Il convient de favoriser la promotion et la diffusion des produits culturels développés par nos artistes, notamment en privilégiant l'élaboration et le renforcement de partenariats entre des entreprises culturelles des deux communautés.

Sont favorisés les projets visant à assurer à une production artistique de qualité une mise en marché optimale (définition d'une politique de diffusion et de communication ; mise en marché d'une production nouvelle ou très récente,...) Ceci concerne également la gestion culturelle et l'impulsion d'une culture entrepreneuriale auprès des opérateurs culturels.

Innovation et développement de l'emploi :

Dans ce secteur, on retient :

  • la volonté des parties à s'inscrire dans le cadre des politiques gouvernementales
  • l'objectif de faciliter l'acquisition des compétences nécessaires et l'intégration professionnelle à travers les différentes filières de formation
  • le fait de vouloir favoriser l'emploi et les questions liées à son avenir

Pour la Commission communautaire française, cette priorité se décline de la manière suivante : la formation et l'intégration professionnelles, en ce compris dans les domaines de l'économie sociale.

L'analyse et l'évaluation des projets ont porté sur la pertinence du partenariat proposé ainsi que sur leur haut potentiel de débouchés, de développement et de retombées, tant au niveau des partenaires que sur le plan de la coopération bilatérale voire multilatérale.

Projets en cours de réalisation financés par la Commission communautaire française

L'innovation en action
Mission locale de Forest asbl
Mr Luc PILOY, directeur

Méthodes et outils d'aide à la recherche d'emploi des personnes ex-détenues
Asbl Après
Mme Françoise THIERY, coordinatrice

 

Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Délégation Wallonie-Bruxelles à Québec
Monsieur Pierre Ansay, Délégué
43, Rue de Buade
G1R 4A2 Québec
Canada
Téléphone: 00 1 418 692 41 48
Télécopie: 00 1 418 692 05 75
courriel: walbru.quebec@dwb.qc.ca

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Sénégal (2006-2008)

Introduction

Un Accord-cadre a été signé entre, d'une part, le Gouvernement de la République du Sénégal et, d'autre part, le Gouvernement de la Communauté française de Belgique et le Gouvernement de la Région wallonne le 6 novembre 1998.

S'agissant du Sénégal et compte tenu de l'intérêt qu'il représente comme nouveau partenaire, le Collège de la Commission communautaire française a décidé lors de sa réunion du 19 juillet 2001 l'élargissement de cet accord-cadre à la Commission communautaire française.

La conclusion de ce nouvel accord avait pour but de confirmer la volonté de la Commission communautaire française de développer une relation privilégiée avec le Sénégal et permettait d'inscrire cette coopération dans un cadre non seulement plus actuel sur le plan juridique mais aussi renforcé par ses compétences.

Il répondait aussi au souci de cohérence dans l'effort de solidarité de l'ensemble des francophones de Belgique à l'égard de ce pays en développement.

L'accord de coopération entre, d'une part, la République du Sénégal et, d'autre part, la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale, a été signé à Dakar le 17 juin 2003.

 

Les axes prioritaires 2006-2008

Sur base des souhaits présentés par les Autorités sénégalaises, de l'expertise antérieurement développée, des secteurs prioritaires de l'APEFE au Sénégal, les secteurs suivants ont été considérés comme prioritaires :

En ce qui concerne la Communauté française :

  • L'Education (avec une priorité pour l'enseignement et la recherche en sciences de l'Education au niveau universitaire, les formations professionnalisantes au niveau supérieur non universitaire, l'enseignement des sciences aux niveaux primaire et secondaire et les compléments de formation pour certaines catégories professionnelles)
     
  • La Culture

En ce qui concerne la Région wallonne

  • L'Agriculture et les Industries agroalimentaires (en ce compris le traitement et/ou la valorisation des effluents des deux secteurs)

En ce qui concerne la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale

  • La formation professionnelle, et plus particulièrement, l'appui à la formation continuée des professionnels dans les secteurs de la santé et des affaires sociales

 Les projets en cours de réalisation et financés par la Commission communautaire française

  • Appui à la Direction de l'Action Sociale et de la Solidarité Nationale, et aux 42 Centres de Promotion et de Réinsertion Sociale dans la lutte contre la toxicomanie
    RAT - Réseau d'Aide aux Toxicomane Docteur Claire REMY, Médecin-directeur
  • Appui à la Direction de l'Action sociale et de la Solidarité nationale en vue de l'amélioration des conditions d'accès des familles déshéritées aux services sociaux locaux
    Maison de la Famille
    Mr. Barbier Maxime, chargé de projet
  • Appui au Centre National d'Appareillage et de Réadaptation (CNAO) ULB/Hôpital Erasme Pr Thierry Appelboom, Chef de Service de Rhumatologie, Médecine physique , Revalidation et Réadaptation

 

 Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Délégation Wallonie-Bruxelles à Dakar
Monsieur Pierre HAZETTE, Délégué
14, avenue des Jambaar
B.P. 6279 DAKAR
Téléphone: 00 221 821 74 80
Télécopie: 00 221 821 75 15
courriel: walbrudakar@sentoo.sn

Coopération Wallonie-Bruxelles avec le Vietnam (2007-2009)

Introduction

En septembre 1993, le Gouvernement de la Communauté française signe un accord de coopération culturelle avec la République socialiste du Vietnam.

La Commission communautaire française sera invitée pour la première fois à la table de négociations lors de la tenue de la 4ème session de la Commission mixte permanente qui s'est déroulée à Bruxelles les 3 et 4 avril 2001. Elle y assistera à titre d'observateur.

Avec la République socialiste du Vietnam, la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale a déjà une longue histoire faite de partenariats et d'échanges dans des domaines aussi variés que l'art culinaire, la prévention sanitaire ou la diversité culturelle.

En effet, dès 1995, une coopération dans le domaine de la fabrication du chocolat avait été engagée entre l'école hôtelière d'Hôchiminhville et l'Institut Emile Gryzon.

En 1996, dans le cadre du programme de travail Communauté Wallonie-Bruxelles/Vietnam, deux experts médicaux vietnamiens ont effectué une mission en Communauté française. Monsieur THAI QUI, Directeur adjoint de l'Institut d'Hématologie et de Transfusion sanguine à Hanoï et professeur d'hématologie et de transfusion sanguine à la faculté d'Hanoï et Madame DIEP XUAN, médecin spécialiste vénéro-dermatologue, spécialiste en matière de formation et de recherche dans le domaine de la lutte contre l'infection VIH et autres maladies sexuellement transmissibles ont eu l'occasion de se familiariser avec nos structures préventives et curatives directement en rapport avec leurs spécialités. Ils ont ainsi pu rencontrer des responsables de la Fédération des Maisons médicales et des Collectifs de Santé francophone, la Centrale des Soins à Domicile, AREMIS et Aimer à l'ULB.

En 1998, la Haute Ecole Lucia de Brouckère a reçu Monsieur NGUYEN VAN THIEM, Directeur du Personnel et de la Formation de l'Administration vietnamienne du Tourisme afin d'étudier la possibilité d'une collaboration dans le domaine de la formation de formateurs et de cadres de gestion en tourisme.

Enfin, la Commission communautaire française participera activement à l'organisation de la semaine Vietnamienne en Belgique, intitulée « CHAO VIET NAM » (Bonjour Vietnam), qui s'est déroulée en septembre 2001 dans trois villes différentes : Liège, Bruxelles et Gand. Le Vietnam était présenté sous 4 volets : un volet général, un volet commercial, un volet gastronomique et un volet culturel.

La Commission communautaire française s'est impliquée dans le volet gastronomique (Gastronomie et Tourisme) en valorisant notamment son site du CERIA. Elle a apporté son appui à l'accueil de chefs cuisiniers vietnamiens qui étaient venus d'une part, dispenser des formations à des élèves cuisiniers, et d'autre part, assurer la réalisation d'une semaine gastronomique dans de grands hôtels.

Lors de la 4ème Commission mixte permanente, la Commission communautaire française est sollicitée par la partie vietnamienne pour intensifier sa collaboration dans le domaine de la formation en gestion hôtelière et en marketing touristique.

Dans le cadre de la synergie entre les relations internationales de la Communauté française et celles de la Région wallonne et de la Commission communautaire française, il est proposé à la partie vietnamienne de procéder à la signature d'un accord-cadre de coopération associant la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française.

La signature de ce nouvel accord s'inscrivait dans la volonté de jeter les bases d'une coopération particulièrement attentive au dialogue et aux actions visant au renforcement de l'Etat de droit, mais aussi de soutien au Vietnam dans ses efforts de développement économique, social et culturel.

Ce nouvel accord-cadre a été signé à Bruxelles le 26 septembre 2002.

 

Les axes prioritaires 2007-2009

Compte tenu des priorités des Gouvernements concernés, des compétences de la Communauté française de Belgique, de la Région wallonne et de la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale et de l'expertise antérieurement développée, il a été convenu de resserrer les priorités et de réduire le nombre de projets en renforçant les synergies avec les opérateurs concernés par les mêmes thématiques et de concentrer le prochain programme 2007-2009 sur les secteurs suivants :

En termes transversaux :

  • Ouverture à l'économie mondiale
  • Renforcement de l'Etat de droit (dans ses dimensions universitaires et institutionnelles)
  • Ouverture au monde et à la francophonie
  • Diversité culturelle
  • Développement durable, notamment en matière d'environnement
  • Appui méthodologique, scientifique et technique
  • Renforcement de pôles d'excellences et programmes à rayonnement régional en matière de coopération universitaire (cf. CUD, AUF, programmes européens) et d'appui à l'enseignement du français (Valofrase)
  • Recherche de synergies avec d'autres intervenants multilatéraux et bilatéraux

En termes sectoriels :

  • Enseignement supérieur et recherche, notamment dans les domaines de la langue française, de l'économie et de la gestion. Par ailleurs, une attention particulière pourra être accordée à des projets relevant des secteurs des pôles de compétitivité sélectionnés par la Région wallonne (sciences du vivant, agro-industrie, génie mécanique, transport et logistique, aéronautique et spatial)
  • Formation, notamment au niveau technique et professionnel

 

Le secteur prioritaire de la Commission communautaire française pour les années 2007-2009 est celui de la formation professionnelle.

Cette priorité sectorielle se décline de la manière suivante :

  • Appui aux filières d'enseignement et de formation professionnelle dans les domaines du tourisme et de l'hôtellerie.
  • Les projets de formation professionnelle qui ont été retenus visent prioritairement à soutenir une expertise initiée ou encadrée dans des domaines d'activité qui ont fait l'objet d'interventions dans la programmation 2004-2006 ou à soutenir de nouvelles coopérations fondées sur une expérience partenariale concluante par le passé.

Les projets financés par la Commission communautaire française

Perfectionnement du niveau professionnel des cadres travaillant dans le domaine du tourisme
Institut Arthur Haulot
Mr. Jean-Pierre PEQUEUX, Directeur de catégorie

 

Contacts

Commission communautaire française
Mylène Laurant
02/800.83.38

Délégation Wallonie-Bruxelles à Hanoï
Christian SAELENS, Délégué
Centre DAHEA - 5ème ét.(505) 360 KIM MA
Quartier Ba Dinh Hanoï
VIETNAM
Téléphone: 0084/4/ 831.52.40 et 41
Télécopie: 0084/4/ 831.52.42
Courriel

Coopération Wallonie-Bruxelles avec les Pays-Bas

Introduction

La Belgique et les Pays-Bas entretiennent des relations intensives sur les plans politique, économique, culturel et social. Les pouvoirs publics des deux pays coopèrent dans presque tous les domaines, depuis la coopération transfrontalière au niveau local jusqu'à la défense conjointe d'intérêts communs dans le cadre de l'Union européenne, par exemple.

Les relations bilatérales entre la Belgique et les Pays-Bas évoluent constamment en fonction des changements qui surviennent au niveau national comme sur le plan international. C'est ainsi que les relations belgo-néerlandaises ont acquis une dimension nouvelle depuis la réforme de l'État belge de 1993, qui a confié aux entités fédérées (Régions et Communautés) des compétences étendues, notamment celle de conclure des conventions internationales dans certains domaines. Depuis 1993, la coopération belgo-néerlandaise a donc accueilli de nouveaux partenaires dans les enceintes de coopération existantes, mais elle s'est aussi enrichie de toute une série de nouvelles formes de coopération entre les Pays-Bas, d'une part, et les Régions et Communautés, de l'autre.

En 1998, les ministres belge et néerlandais des Affaires étrangères de l'époque se proposèrent, à la lumière de ces évolutions, d'évaluer et d'intensifier là où c'est possible les relations entre les deux pays.

La première conférence belgo-néerlandaise publique s'est tenue le 21 novembre 2000 à Eindhoven. Compte-tenu du succès remporté par celle-ci, la seconde Conférence belgo-néerlandaise s'est tenue le 18 mars 2002 à Charleroi sur le thème « Des voisins sur l'autoroute de l'information. Politiques et pratiques aux Pays-Bas et en Belgique ».

Dans le cadre de la synergie entre les relations internationales de la Communauté française et celles de la Région wallonne et de la Commission communautaire française, il a été proposé aux Pays-Bas de procéder à la signature d'un accord de coopération associant la Communauté française, la Région wallonne et la Commission communautaire française.

Celui-ci a été signé le 28 mars 2002 lors de la seconde Conférence belgo-néerlandaise.

 

 Contacts

Commission communautaire française
Sébastien NOËL
02/800.85.00

 


Un nouveau programme de coopération entre Wallonie-Bruxelles et la République Démocratique du Congo pour 2015-2017 a été signé à Bruxelles le 22 octobre 2014



La Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale ont signé le 9 décembre 2002 un Accord de coopération avec la République Démocratique du Congo.

Cet accord prévoit la tenue périodique d'une Commission mixte chargée d'élaborer des programmes concrets de coopération.

Conjointement avec le partenaire et conformément à la philosophie qui préside à cette coopération, un certain nombre d'axes prioritaires d'interventions ont été identifiés.

En ce qui concerne la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Wallonie, le programme de travail, défini avec le Congo, s’est concentré sur deux axes prioritaires:
  • Le développement et la création d’activités économiques dans les domaines de l’agriculture et de l’agro-alimentaire
  • La culture et les entreprises culturelles

En ce qui concerne la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles Capitale, les deux parties ont convenu de retenir comme secteurs prioritaires :
  • Education : soutien à la construction et à la réhabilitation des écoles de Kinshasa et formation des enseignants
  • Appui à l'intégration socio-économique des femmes
  • Soutien à la société civile

Christian Carette, Inspecteur général à Wallonie-Bruxelles International (WBI) et Albert-Raphaël Mondonga-O-Batobandelye, Secrétaire général à la Coopération internationale du Ministère congolais des Affaires étrangères, Coopération et Francophonie, ont signé le 22 octobre 2014 le nouveau Programme triennal de coopération 2015-2017 entre la République Démocratique du Congo, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie et la COCOF.

Lors de l’ouverture la réunion de travail, les deux Chefs de délégation ont voulu souligner la dynamique du partenariat, qui a permis une évaluation très positive du programme précédent et l’élaboration de ce nouveau programme.

20 projets ont dès lors été retenus et ce, dans les quatre secteurs prioritaires :
  • L’éducation et la formation professionnelle, notamment à la faveur du Centre de documentation de l’Enseignement supérieur, universitaire et de la recherche de Kinshasa (CEDESURK) et de l'Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (IFADEM)
  • L’agro-alimentaire et le développement économique au bénéfice, entre autres, du Centre agronomique et vétérinaire tropical de Kinshasa (CAVTK) mais aussi de la production et de l’exportation du café et du renforcement des micro-entrepreneurs au Kivu, de l’amélioration de la production, de la sécurité alimentaire et du revenu de l’agriculture familiale dans le Bas-Congo et le Katanga. Ces programmes seront menés en étroite synergie avec l’APEFE qui œuvre dans les mêmes domaines et dans les mêmes aires géographiques
  • La culture, principalement avec l’ambition de soutenir la consolidation d’institutions de formation ainsi que des structures de création et de diffusion culturelles
  • La gouvernance, au travers du soutien à des initiatives de la société civile en faveur du débat démocratique au sein du processus électoral à venir. Les populations féminines et jeunes seront au cœur de ces initiatives
La Commission Communautaire Française soutient deux projets :
  • Appui à la construction et à l’équipement des complexes scolaires de la Ville-province de Kinshasa
  • Soutien à l’organisation de conférences pédagogiques : formation d’enseignants et de formateurs dans les Provinces de Maniema, de l’Equateur et du Kasaï Oriental

Pour toute information complémentaire
Mylène Laurant, Attachée principale
+32 (0)2 800 83 38
mlaurant@pfb.brussels

Pour consulter le programme de travail
Délégation Wallonie-Bruxelles à Kinshasa
Avenue de la Nation, 206 Kinshasa-Gombe Congo (Kinshasa)
Téléphone: 00 243 998 01 08 00 Fax: 00 243 998 25 28 68

Une réunion mixte d’évaluation à mi-parcours du programme de travail 2015-2017 sera organisée dans le courant de l’année 2016, l’évaluation finale sera programme pour le second semestre 2017.

La prochaine Commission mixte permanente tiendra sa cinquième session en République Démocratique du Congo.

 



Un nouveau programme de coopération entre Wallonie-Bruxelles et le Vietnam pour 2016-2018 a été signé le 12 juin 2015 à Bruxelles



Instituée par l’Accord de coopération signé le 26 septembre 2002 entre d’une part, le Gouvernement de la République Socialiste du Vietnam et, d’autre part, la Communauté française de Belgique, la Région wallonne et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale (COCOF), le neuvième session de la Commission Mixte Permanente s’est tenue à Hanoi les 18 et 19 novembre 2015.
 
Cette session a permis d’établir le nouveau programme de travail pour les années 2016 à 2018.
 
La Délégation "Wallonie-Bruxelles" était conduite par Pascale Delcomminette, Administratrice générale de Wallonie-Bruxelles International (WBI) et de l’Agence wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers (AWEX) et par Monsieur Nguyen Chi Dung, Vice-ministre du Ministère du Plan et de l’Investissement, pour la Partie vietnamienne.
 
Sur base des évaluations du programme en cours (2013-2015), deux axes principaux ont été retenus par les deux Parties : 
  • un axe coopération sociale (y compris santé), citoyenne (y compris les médias) et culturelle (y compris la francophonie) ;
  • un axe enseignement supérieur/recherche/développement industriel (y compris le secteur de l’environnement) en synergie avec l’AWEX.
 
Concernant la nouvelle programmation (2016-2018), 18 projets ont été retenus conjointement dans les secteurs suivants: Francophonie, Droit, Culture, Médias, Santé (médecine familiale, pharmacie, infirmières, kinésithérapie et Santé mentale), Gestion industrielle, Environnement, Biotechnologie, Hydraulique, Logistique, Tourisme et Patrimoine. 
 
Un accent particulier a été mis sur la coopération scientifique et le transfert technologique, en vue d’amplifier les liens économiques entre le Vietnam et Wallonie-Bruxelles, en s’appuyant sur l’AWEX mais aussi sur les réseaux des Alumni.
 
La Commission communautaire française y a défendu un projet de coopération visant à apporter  un « appui méthodologique à la création d’un réseau de services de proximité (type maison médicale) qui aurait pour but d’améliorer l’accès aux soins de santé primaires en milieu urbain ».
Il s’agira d’encourager les regroupements de professionnels (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes etc.) afin qu’ils travaillent en équipe pluridisciplinaire et apportent ainsi une approche globale au bénéficiaire, alliant le soin, la prévention, l’approche communautaire.
 
Implantées dans différents quartiers, ces structures pourront ainsi accueillir et offrir quotidiennement des soins de santé primaires à une population diversifiée et à un coût abordable.
 
Ce projet s’inscrit en complément à celui développé depuis plusieurs années par l’Université de Liège qui vise à développer la médecine de famille.
 
Par ailleurs, à l’occasion de cette mission, la Délégation a été reçue par de nombreuses Autorités politiques et institutionnelles du Vietnam.
 
A Hanoi, des rencontres se sont tenues avec  les dirigeants des Ministères sectoriels, à savoir : le Vice-ministre de l'Education et de la Formation,  le Président de l'Université Nationale de Hanoi,  le Président de l'Académie des Sciences et des Technologies du Vietnam (VAST).
 
Pour toute information complémentaire
Mylène Laurant, Attachée principale
+32 (0)2 800 83 38
mlaurant@pfb.brussels

Pour consulter le programme de travail
Délégation Wallonie–Bruxelles à Hanoï
360 Kim Mã, Ngọc Khánh
Ba Dinh District
Hanoi - Vietnam
Téléphone: 0084 (4) 38 31 52 40
Fax: 0084 (4) 38 31 52 42
 
La Commission Mixte Permanente tiendra sa prochaine session à Bruxelles, durant le dernier trimestre 2018.

 


Un nouveau programme de coopération entre Wallonie-Bruxelles et Haïti pour 2015-2017 a été signé le 7 avril 2015 à Pétion-Ville

 

L’Accord-cadre de coopération entre la Communauté française de Belgique, la Région wallonne et la République d’Haïti a été signé le 30 septembre 1997.
 
Les Parties développent entre elles une coopération globale axée sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), fondée sur des partenariats porteurs de retombées concrètes et orientée vers le renforcement des capacités des acteurs locaux du développement, ainsi que vers le dialogue des cultures et la promotion de la diversité culturelle.
 
Le séisme survenu en Haïti le 12 janvier 2010 et ses conséquences dramatiques pour la population haïtienne et les institutions officielles du pays ont conduit à la prolongation de la validité du programme de travail et au report de la tenue de la 4ième Commission mixte permanente à une date ultérieure en attendant que le pays réunisse les conditions favorables à l’élaboration d’un nouveau programme de coopération bilatérale.
 
De manière générale, le nouveau programme de coopération, comme les précédents, a visé le renforcement des capacités locales en vue de la mise en œuvre d’un processus efficace de développement et ce dans le plein respect de la Déclaration de Paris.
 
Pour rappel :
 
  • L’ancrage des projets dans les priorités nationales est indissociable de toute démarche cohérente et pertinente de coopération ; il offre de meilleures garanties de pérennité
  • Le principe du renforcement des acteurs locaux a montré toute sa pertinence dans une démarche axée sur la pérennisation des interventions ; l’identification des besoins et des ressources disponibles, ainsi que la définition du cadre logique des interventions et de leur chronogramme de mise en œuvre dans le cadre d’une démarche participative impliquant tous les acteurs concernés – tant publics que privés – contribue à fédérer les énergies autour des interventions et leur confère un potentiel accru de démultiplication et de durabilité ;l’atteinte des résultats est conditionnée par la qualité des partenariats mis en œuvre et renforcée par l’appropriation des processus par les acteurs locaux, ainsi que par le potentiel multiplicateur des interventions
 
Considérant l’ampleur des besoins en Haïti mais aussi les moyens tant humains que financiers dont dispose Wallonie-Bruxelles conjugués au souhait d’accroître son rôle de partenaire sur le plan de l’expertise et du renforcement des capacités locales, des synergies seront intensifiées ou recherchées tant sur le plan interne ( APEFE, Fonds de la coopération indirecte, administrations publiques de Wallonie-Bruxelles dont l’AWEX et la SOFINEX au travers notamment de « l’initiative Wallonie-Bruxelles pour Haïti » logée auprès de la BID) qu’avec les opérateurs publics et privés ( ARES-CCD, Universités, hautes écoles, ONG, Villes et Communes,…).
 
Par ailleurs, la recherche de synergies et de complémentarités avec les programmes de développement d’institutions multilatérales sera privilégiée (Organisation internationale de la Francophonie, Union européenne, Banque Mondiale et Institutions du système des Nations Unies).
 
Conformément à la philosophie et aux principes qui sous-tendent son action internationale en matière de coopération au développement et en réponse aux souhaits exprimés par les Autorités haïtiennes, Wallonie Bruxelles International fonde sa démarche sur les lignes directrices qui se dégagent du Plan stratégique de Développement d’Haïti-pays émergent en 2030.
 
La Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale, deux secteurs prioritaires ont été identifiés pour le nouveau programme de travail avec la République d’Haïti, à savoir :
 
  • La formation professionnelle : une attention particulière a été accordée aux projets permettant de contribuer au développement du secteur de la Formation professionnelle et technique en vue d’améliorer, notamment, l’insertion socioprofessionnelle des jeunes haïtiens et, ce dans différents domaines 
  • La culture et plus particulièrement : 
    • La professionnalisation et la mobilité des artistes
    • L’émergence d’entreprises culturelles durables
    • Le soutien aux activités parascolaires pour les jeunes (notamment via l’installation et le soutien à des bibliothèques et ludothèques)
    • L’encouragement à des partenariats Sud-Sud et Nord-Sud
    • Le renforcement de structures d’enseignement artistique
    • La décentralisation de projets culturels
    • La présentation en Wallonie-Bruxelles de la création contemporaine haïtienne
    • L’appui à la consolidation de structures culturelles publiques
 
Au total, ce sont 16 projets qui ont été retenus, en accord avec ces priorités.
 
La Commission communautaire française soutient deux projets :
  • La création d’un réseau de ludothèques en Haïti en partenariat avec le Direction nationale du Livre
  • Un réseau d’échanges et de formations sur l’exercice de la santé mentale dans des contextes de grande précarité sociale
 
Pour toute information complémentaire
Mylène Laurant, Attachée principale
+32 (0)2 800 83 38
mlaurant@pfb.brussels

Pour consulter le programme de travail
Bureau APEFE - Wallonie - Bruxelles
Complexe Lafayette, Appartement # 9
Delmas 71, rue Serin #1 - PORT-AU-PRINCE
Tél. : + 509 2811 8505
Tél. : + 509 3491 8434 
Tél. : + 509 4655 6020
 
Une réunion mixte à mi-parcours du programme de travail 2015-2017 sera organisée dans le courant de l’année 2016, l’évaluation finale étant programmée pour le second semestre 2017.
 
La prochaine commission mixte permanente se tiendra en 2018.
 


Un nouveau programme de coopération entre Wallonie-Bruxelles et le Bénin pour 2015-2017 a été signé le 12 juin 2015 à Bruxelles



La Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie et la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale ont signé le 28 janvier 1999 entre la Communauté française de Belgique, la Région wallonne, la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale et le Bénin.
 
Cet accord prévoit la tenue périodique d'une Commission mixte chargée d'élaborer des programmes concrets de coopération. Cette commission est composée de représentants des parties concernées.
 
Conjointement avec le partenaire et conformément à la philosophie qui préside à cette coopération, un certain nombre d'axes prioritaires d'interventions ont été identifiés.
 
En ce qui concerne la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Wallonie, le programme de travail, défini avec le Bénin, s’est concentré sur deux axes prioritaires:
  • la formation professionnelle (avec une priorité pour le renforcement des capacités de professionnels des secteurs de la santé, de l’aide à la jeunesse et de l’environnement)
  • la culture.
 
En ce qui concerne la Commission communautaire française, les deux parties ont convenu de maintenir comme secteur prioritaire :
  • le renforcement des capacités des professionnels prenant en charge des problématiques sociales et familiales
 
La cinquième session de la Commission mixte permanente de coopération entre les Entités fédérées francophones de Belgique et le Bénin s’est déroulée les 10, 11 et 12 juin 2015 à Bruxelles.
 
Les deux délégations conduites respectivement par Madame Pascale DELCOMINETTE, Administratrice générale de Wallonie-Bruxelles International (WBI), et l’Ambassadeur Robert D. ZANTAN, Secrétaire Général du Ministère des Affaires étrangères du Bénin, ont, au cours de ces trois journées de travail, négocié et signé un nouveau programme de coopération pour les années 2015-2017.
 
Aux seize principaux projets retenus, pourront s’ajouter huit  autres lors de l’évaluation à mi- parcours du programme prévue pour le quatrième trimestre 2016. Par ailleurs, le financement alloué ne prend pas en compte le soutien à la Coopération indirecte entre les deux parties.


La Commission communautaire française soutient deux projets :
  • L’appui à l’intégration scolaire et socio-culturelle des sourds
  • La formation de formateurs dans les métiers de l’Hôtellerie-restauration (commis de cuisine, commis de salle et valet de chambre)
 
Les signataires ont rappelé l'importance des liens entre les deux pays depuis plus de 30 ans.
 
Pour toute information complémentaire
Mylène Laurant, Attachée principale
+32 (0)2 800 83 38
mlaurant@pfb.brussels

Pour consulter le programme de travail
Bureau APEFE  Wallonie-Bruxelles
01 BP 3589 RP
COTONOU - BENIN
T. 00 229 21 30 73 35
F. 00 229 21 30 42 71
 
La prochaine Commission mixte permanente tiendra sa prochaine session au cours du premier trimestre de l’année 2018 à Cotonou.
 


Un nouveau programme de coopération entre Wallonie-Bruxelles et le Maroc pour 2015-2017 a été signé ce 1er avril 2015 à Rabat

 

La 6è Commission Mixte Permanente s’est tenue les 31 mars et 1er avril à Rabat. Celle-ci a été présidée par la Directrice de la coopération et de l’action culturelle du Ministère des Affaires étrangères marocain, Lamia Radi et de l’Administratrice générale de Wallonie-Bruxelles International, Pascale Delcomminette.
 
Cette Commission Mixte avait pour objectif la mise en œuvre des Accords de Coopération entre le Royaume du Maroc d’une part et la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Commission Communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale d’autre part.
 
Les deux Parties se sont réjouies de leur excellente coopération, en témoignent les réalisations et les échanges et visites de haut niveau au cours du programme 2012-2015, marqué par le grand succès du festival DABA Maroc, le renouvellement de la Charte "Ouverture aux langues et aux cultures", l’accord de collaboration entre la HACA du Maroc et le CSA de Wallonie-Bruxelles et l’accord du 21 mai 2014 portant sur la création d’établissements scolaires belges à programme de la Fédération Wallonie-Bruxelles au Maroc et l’ouverture à Casablanca en septembre 2014 de la première école belge.
 
En ce qui concerne la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Wallonie, le programme de travail, défini avec le Maroc, s’est concentré sur deux axes prioritaires :
  • l’éducation, la formation et la culture,
  • l’économie et l’environnement durable.
 
En ce qui concerne la Commission communautaire française, les deux parties ont convenu de retenir comme secteurs prioritaires :
  • la formation professionnelle
  • le développement social, en ce compris la problématique de genre
 
Par ailleurs, la COCOF a privilégié les partenariats avec des régions ayant des liens historiques avec les populations qui ont immigré à Bruxelles et ce afin de valoriser l'expertise et les réseaux des opérateurs bruxellois francophones issus de la diversité installés à Bruxelles.
 
Au total, ce sont une trentaine de projets qui ont été retenus, en accord avec ces priorités. Les deux présidentes de cette 6ème Commission Mixte Permanente ont signé le programme de coopération, suite à la sélection effectuée par les deux Parties, le 1er avril.
 
La Commission communautaire française soutient deux projets :
  • La Mise en réseau du tissu associatif et l’appui à l’approche participative en y intégrant la dimension multiculturelle avec la région de l’Oriental
  • La Création d’une structure d’accueil pour étudiants déficients visuels dans le cadre de l'enseignement inclusif au niveau universitaire
 
Pour toute information complémentaire
Mylène Laurant, Attachée principale
+32 (0)2 800 83 38
mlaurant@pfb.brussels
 
Pour consulter le programme de travail
Délégation Wallonie-Bruxelles à Rabat
Rue Jaâfar Assadik, 4
10000 Rabat - Maroc
Téléphone: 00 212 537 67 40 87
Fax: 00 212 537 67 40 94
 


Un nouveau programme de coopération entre Wallonie-Bruxelles et la Province de Québec a été signé à Bruxelles le 22 mai 2014



Depuis le 22 mars 1999, un accord de coopération et une déclaration commune lient le Québec à la Région wallonne, la Communauté française et la Commission communautaire française. Le champ de cet accord couvre l’ensemble des compétences des entités fédérées citées.
 
Dans le cadre de cet accord de coopération, les partenaires développent une coopération riche et diversifiée, avec une approche globale et transversale. Ils établissent conjointement tous les deux ans un programme de coopération où l’ensemble des projets sont discutés entre partenaires, en fonction des intérêts de chacun.
 
Pour le 9ème biennium, les deux parties ont convenu de maintenir deux secteurs prioritaires :
  • Le numérique et ses développements (dans tous les domaines : culture, enseignement, formation, économie, applications,…)
  • La question du vieillissement de la personne (défi de la culture pour tous, dimension intergénérationnelle, aménagements, soins, recherche,…)
 
Du 18 au 22 mai derniers 2014 s’est tenue, à Bruxelles, la 9e session de la Commission mixte permanente (CMP) Wallonie-Bruxelles – Québec
 
La délégation québécoise fut présidée par M. Jean-Stéphane Bernard, Sous-ministre au Ministère des Relations internationales et de la Francophonie, et l’équipe de Wallonie-Bruxelles par
Mme Pascale Delcomminette, Administratrice générale de Wallonie-Bruxelles International et de l’Agence wallonne aux exportations et aux investissements.
 
Sur base d’un bilan très positif, Mme Pascale Delcomminette, Administratrice générale de WBI et de l’AWEX et M. Jean-Stéphane Bernard, Sous-Ministre au MRIF ont confirmé leur volonté de poursuivre et de renforcer la coopération bilatérale.
 
L’appel à projets, lancé en vue du 9e biennium (2015-2017) de la Commission mixte permanente, a connu un grand succès. Au total, 92 projets ont été soumis et, sur base d’une sélection rigoureuse, 81 d’entre eux ont été acceptés par les représentants des administrations du Québec et de Wallonie-Bruxelles.
 
La Commission communautaire française soutient trois projets :  
Pour toute information complémentaire
Mylène Laurant, Attachée principale
+32 (0)2 800 83 38
mlaurant@spfb.brussels
 
Pour consulter le programme de travail
Délégation Wallonie-Bruxelles à Québec
43, rue De Buade, bureau 520
Québec (Québec) Canada G1R 4A2
Téléphone : 418 692-4148
Télécopieur : 418 692-0575
walbru.quebec@dwb.qc.ca

 

À votre service

Fatima BENAMAR
tel: 02/800.84.37
fbenamar@spfb.brussels

Mylène LAURANT
tel: 02/800.83.38
mlaurant@spfb.brussels

Sébastien NOËL
tel: 02/800.85.00
snoel@spfb.brussels